Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes premières chaussures de montagne,ma première ascension.

par GillesM 13 Juillet 2014, 02:09

Marcher,

j'ai toujours aimé marcher,bien que j'ai fait mes premiers pas à presque 2 ans, en fait je me réservait pour plus tard.

Marcher ,de toute façon chez nous c'était le seul moyen de se déplacer, on n'avait pas de voiture.

Marcher pour aller à l'école, pour allez à la ville, pour aller voir les grands mères,on avait pas le choix.

Nous habitions un petit village en Maurienne, St André ,mon père était du Villard petit hameau à quelques kilomètres plus haut et ma mère de Montruard encore plus haut,pour y accéder on prenais toujours le même chemin, j'aurais pu le faire les yeux fermés.

J'amais beaucoup accompagner mon père en foret pour couper le bois, en montagne surtout en montagne, je connaissais tous les chemins surtout celui qui même à l'Arpont.

lArpont altitude 2000 m.

lArpont altitude 2000 m.

J'avais 9 ans quand mes parents m'offrir ma première paire de chaussures, des Galibiers, une semelle rigide surmontée d' une croûte de cuir et des lacets rouge,je crois que je m'en souviendrais toujours, j'était le plus fier des petits garçons.

Mon père m'aida à les enfiler et lacer, je fis le tour de la maison 10 fois au moins, je ne voulais plus les enlever.

Le soir venue mon père me dit,

demain tu viens avec moi on monte dormir au chalet de l'arpont et le lendemain on ira à la croix Renod ramasser du génépi.

J'étais fou de joie,mais un peu inquiet quand même, c'est haut la croix renod.Ce soir la je me couchait avec mes chaussures au pied du lit.

la croix renod au centre ou rocher Renod.2872m.

la croix renod au centre ou rocher Renod.2872m.

La nuit passa vite, nous étions prêt à partir pour le Villard, pendant que papa sortait la moto, je laçait mes chaussures toutes neuves.

Au Villard on allait chez mémé récupérer loulou le chien,il était toujours derrière mon père,sac sur le dos on était partis.

Le chemin montait raide tout de suite,j'avais du mal à suivre, il faut dire qu'il allait d'un bon pas, mais assez vite,mes pieds me faisait souffrir, j'avais les talons qui me brûlait je ne disait rien mes c'était très dur.

Arrivés au chalet je ne perdis pas une seconde pour ôter mes chaussures, deux énormes ampoules derrière chaque talon me faisait un mal de chien, je n'arrivait plus à mettre mes chaussures,celles que j’aimais tant hier me fait tant souffrir aujourd'hui.

c'est foutu pour demain Gilles,pour l'ascension,tu resteras ici avec tes cousins,

je crois que je n'est jamais autant pleurer de ma vie.

Ce jour la,mon père fit une chose qui me laissa sans voix, il pris mes chaussures et les plongea dans la fontaine avec une pierre au fond de chacune, il m’expliqua que c'était pour détendre le cuir et pour les rendre plus étanche aussi,il les laissa jusqu'au petit matin,ensuite il les posa dehors au soleil pour les faire sécher.

Je les regardais partir mon père et ses frères, je retenait mes larmes à causes des cousins je ne voulais pas qu'il me voient pleurer.Je les suivait des yeux un long moment .

Ils revirent en fin de matinée avec une belle cueillette, mon père me promis de remonter le dimanche prochain.

Mes chaussures avaient sèché, il les enduisit avec de la graisse de marmotte, ça les faisaient briller encore plus,le cuir paraissait plus souple.

Toute la semaine après l'école je chaussait mes galibiers et j'allait marcher un peu,elle c'était assouplie je n'avait plus de douleurs.

La semaine me sembla durer une éternité mais le samedi arriva et nous voila partis au chalet de l'arpont,cette fois ci tout se passa pour le mieux ,je galopait comme un lièvre.

Le soir mon chalet mon père me dit,

"Tu sais demain la haut il y a des passages assez difficile un peu aérien, il faudra bien m'écouter.

"oui mais si j'y arrive pas, si c'est trop dur pour moi

"tu y arriveras, je prendrais une corde au cas ou, de plus on redescendra de l'autre coté sur le plan du clos, maman ton frère et tes sœurs monteront avec la famille,on mangera tous au plan du clos.

le plan du clos.

le plan du clos.

La nuit tombait, le feu dans la cheminée crépitait, je regardait les flammes danser l'esprit complètement ailleurs, je sortis devant le chalet et lança un regard à ce sommet qui restait éclairer par la lune,il paraissait si loin,si haut pour un gamin de 9 ans.

à demain!

J'eu du mal à trouver le sommeil ce soir la, un peu inquiet sans doute.

"Gilles ,debout,c'est l'heure,

le jour se levait à peine ,nous étions le 15 aout 1978, c'est l'anniversaire de ma grande sœur aujourd'hui.

Le temps de déjeuner, mon père préparait les sac à dos, le mien étais bleu foncé avec les bretelles rouges,il était tout petit , a ma taille!

Le soleil illuminait déjà le sommet lorsque nous prenions le départ, je suivait mon père qui marchait d'un pas franc et sur ,à l'arpont d'en haut le sentier devenais raide,en fait il n'y avais qu'une sente que seul les anciens connaissaient,il fallait faire preuve d’imagination pour le deviner, très vite nous cueillons quelques brins de génépi.

"Les choses se complique ici mon garçon, tu restes bien derrière moi dans ma trace.

je fis un signe de la tête, j'avais du mal à parler, nous sommes passer sur l'autre versant et avons suivi la crête un moment, certains passage étaient assez aériens mais la corde nous fut inutile.

"Papa,papa, regarde, la croix est la,

elle nous dominait et grossissait au fur de notre progression, un instant plus tard nous y étions, la haut à 2872 m , j'étais le plus fier des petit garçon de neuf ans ,mon père frotta sa main dans mes cheveux, c'était sa façon à lui de me dire qu'il était tout aussi fier de son fils.

Le vent soufflait fort, on se mit à l'abri un peu plus bas derrière un rocher,

"Viens me dit il, allonge toi,

nous avancions sur les avant bras à coté de la croix, des inscriptions étaient présentes autour sur la pierre plate qui supportait la croix , je vis celle de mon père ,il sortis son couteau et marqua mes initiales à cotés des siennes"MG".

Devant le vide me fit reculer, c'était trop pour moi,d'ici on voyais le chalet, la cheminée fumait encore,

"Regarde en bas!! tu vois c'est la famille ils montent au plan du clos.

Ils étaient minuscule comme des fourmis, mon père me cita et montra tout les sommets au alentour,

"ici la pointe Bouchet, la haut la pointe renod, en face le barrage de Bissorte, le cheval blanc, les Aiguilles d'Arves

ma tête me tournait à force, on cassa une petite graine, un bout de chocolat avec des fruits secs avant de redescendre.

les Aiguilles d'Arves.

les Aiguilles d'Arves.

Ça descendais raide sur l'autre versant, l'endroit était parsemé de génépi,je le ramassait avec mon petit couteau à bout rond,pour le couper franc au dessus de la racine comme m'avait montré mon père, le sac se remplissait vite.

"Chut!! fit papa, regarde, une femelle chamois et son petit de cette année.

Ils passaient juste en dessous, magnifique, le petit trottinait pour suivre sa mère, j'était éblouis par tant de beauté.

Nous ne mimes pas longtemps à rejoindre la famille , il étaient tous la et avait préparé le casse croûte, ça tombait bien, j'étais affamé.

Je couru vers ma mère ,

"je l'ai fait, je l'ai fait!

Les retrouvailles étaient telles que l'on aurait pu croire que ça faisait des jours et des jours que nous étions partis.

Ce jour la un aigle royal venu de nul part,est passé juste au dessus de nous en poussant un cri strident et disparu du coté de la croix Renod, majestueux!

Je restait un long moment à scruté le ciel,mais il ne revins pas,

Ce jour la je vécu, j'ai vécu le plus beau moment de ma vie, j'avais neuf ans et nous étions le 15 août 1978.

A mon père parti beaucoup trop tot.

Gilles.

mon aigle royal.

mon aigle royal.

Voila, j'avais envie de vous raconter se moment de ma vie, je crois que c'est d'ici que la passion de la montagne m'est venue.

Dommage que l'on avait pas d'appareil photos.

A bientôt.

Gilles.

commentaires

paraz philippe 02/06/2015 13:02

que de souvenirs pour moi aussi.Ai dormi au chalet de l'arpont avec mon oncle robert fey

Laet 16/07/2014 21:15

Belle histoire Gilles ! Suis toute émue ! Bisous

gilles 18/07/2014 20:53

merci Leatitia

Benoit 15/07/2014 20:31

Très jolie histoire, très bien racontée !
Que ta passion pour la montagne continue le plus longtemps possible ...

gilles 18/07/2014 20:53

merci Benoit

Line 15/07/2014 10:42

J'ai beaucoup aimé
Tout au long de la lecture mon imagination a fait le film, je te voyais marcher derrière ton père

gilles 18/07/2014 20:52

merci beaucoup Line

Haut de page